Programme de formation professionnelle et d'alphabétisation du JSS de Malappuram

Profil de pays: Inde

Population

1 210 193 422 (2011)

Pauvreté (Population vivant avec moins de 1.25 dollar par jour)

42 % (2005)

Langue officielle

Hindi et anglais

Dépenses publiques totales d’éducation en % du PNB

4.1

Taux net d’admission dans l’enseignement primaire (2005–2010)

95 %

Taux d'achèvement du primaire

90 %

Taux d’alphabétisme total des jeunes (15 – 24 ans, 2005 – 2010)
  • Femmes : 74%
  • Hommes : 88%
  • Total : 81%
Taux d’alphabétisme des adultes (15 ans et plus, 2005–2010)
  • Femmes : 51%
  • Hommes : 75%
  • Total : 63%
Sources statistiques

Présentation générale du programme

Titre du programmeProgramme de formation professionnelle et d'alphabétisation du JSS de Malappuram
Organisation chargée de la mise en œuvreJSS de Malappuram (membre d'un réseau national d'éducation populaire)
Langues d’enseignementHindi, anglais, malayalam et autres langues régionales, dont le paniya
Partenaires de financementGouvernement indien et autres agences nationales, telles que l'Institut national de promotion des micro-entreprises et des PME et la Banque nationale pour l'agriculture et le développement rural
PartenairesAnganvadi (centres de soins de santé primaire), mahila mandal (groupements féminins), grama saba (organisations administratives villageoises), Direction de l'éducation des adultes, Centre de documentation de l'État de Kerala, Apparel Training and Development Centre et Institut national de promotion des micro-entreprises et des PME
Date de création2006

Contexte national

Ces dernières décennies, l’Inde a connu une croissance économique spectaculaire et un renforcement de sa démocratisation. Ces avancées, couplées à l’accroissement de l’investissement public consacré à l’éducation, notamment à travers des programmes éducatifs tels que la mission nationale d’alphabétisation (National Literacy Mission) et l’initiative Sarva Shiksha Abhiyan pour l’enseignement primaire, ont fortement augmenté les possibilités d’instruction pour l’ensemble des citoyens indiens.

En dépit de l’accès quasi universel à l’enseignement primaire en Inde, les résultats d’apprentissage restent faibles. Moins de 10 pour cent de la population active ont achevé les études secondaires. Autrement dit, une part importante de la population n’a pas le savoir-faire et le savoir nécessaires pour un emploi rémunéré (World Bank, n.d.). Si l’État de Kerala possède les meilleurs taux d’alphabétisme du pays (Recensement national, 2011), la faiblesse du niveau demeure un problème majeur parmi les groupes traditionnellement défavorisés, tels que les femmes, les minorités ethniques, les « tribus répertoriées » (appellation officielle des peuples autochtones historiquement défavorisés) et les migrants, qui vivent souvent dans des communautés exclues du développement socio-économique. En témoigne la situation des 4,5 millions d’habitants du district de Malappuram de l’État de Kerala, marquée par des défis profonds et persistants, tels que la pauvreté endémique et le manque criard de ressources d’apprentissage malgré les efforts et initiatives nationaux en matière d’éducation.

Présentation de l’organisation : les Jan Shikshan Sansthan

Les Jan Shikshan Sansthan (JSS) – littéralement, instituts d’éducation populaire – sont des institutions d’enseignement professionnel non formel destinées aux adultes des villes et des campagnes. En intégrant l’alphabétisation à la formation professionnelle, les centres JSS tentent d’améliorer la qualité de vie des participants, composés d’adultes de 14 à 55 ans analphabètes ou néo-alphabètes.

Au début, les programmes des JSS ciblaient les ouvriers industriels des zones urbaines, dont ils mettaient à niveau les compétences professionnelles. Aujourd’hui, ils ciblent à la fois les populations rurales et urbaines et cherchent à consolider les acquis des campagnes d’alphabétisation antérieures tout en améliorant la qualité de vie des participants à travers la formation professionnelle des couches défavorisées et marginalisées.

Chaque JSS fonctionne comme une agence d’appui au niveau de son district et organise des programmes de formation professionnelle au profit des néo-alphabètes ou des personnes insuffisamment formées. La philosophie des centres JSS repose sur l’idée que l’alphabétisation de base n’a de sens que si les bénéficiaires peuvent l’utiliser pour la vie courante et pour gagner leur vie. Ce sont, donc, des organisations non gouvernementales importantes qui proposent une formation professionnelle essentielle aux apprenants les plus éloignés du marché du travail. Dans certaines localités, les JSS animent également des centres d’éducation continue.

La présente étude de cas s’intéresse en particulier au programme du centre JSS de Malappuram.

Présentation du programme

Le programme de formation professionnelle et d’alphabétisation du JSS de Malappuram a été lancé en 2006 dans le but d’alphabétiser et de former les communautés socio-économiquement défavorisées et marginalisées du district de Malappuram de l’État de Kerala, dans le sud-ouest de l’Inde. Depuis son démarrage, il a desservi 50 000 apprenants.

Le programme vise à autonomiser les adultes des couches marginalisées en alliant alphabétisation et formation professionnelle. Il s’efforce de doter les participants du savoir-faire et du savoir nécessaires pour mener une vie épanouie et durable. Pour réaliser sa vision, il s’appuie sur les stratégies suivantes :

Le curriculum d’alphabétisation intégrée est adapté aux besoins, ressources et contextes locaux. Un programme pertinent axé sur la demande est élaboré dans le cadre du processus d’évaluation rurale participative (ERP, voir plus bas), qui veille à aligner le contenu sur les activités de subsistance et les réalités socioculturelles des apprenants, à travers notamment des thématiques telles que la santé, l’hygiène, l’agriculture et la finance.

Le programme alphabétise et dote les participants d’un niveau équivalent à la quatrième, septième ou dixième année d’études (du primaire au cycle moyen) et d’une formation professionnelle dont l’offre variée intéresse diverses industries locales, de la transformation alimentaire à la production textile. En collaboration avec la Banque nationale pour l’agriculture et le développement rural, le centre accompagne l’insertion professionnelle des participants à la fin de leur formation à travers un appui financier et technique pour l’entrepreneuriat. C’est ainsi que beaucoup de sortants ont pu initier des activités génératrices de revenus ou trouver un emploi rémunéré.

Le programme en cours cible en priorité les déficients visuels et/ou les apprenants à besoins spéciaux, les femmes et les ressortissants des tribus répertoriées de la région.

Buts et objectifs

En alliant développement de l’alphabétisme et des compétences de la vie courante et formation professionnelle, le programme entend doter ses participants des moyens de vivre mieux. Il se fixe les objectifs spécifiques suivants :

Mise en œuvre du programme

Enseignement et apprentissage : Approches et méthodes

L’enseignement est dispensé en hindi, anglais, malayalam et plusieurs autres langues régionales, dont le paniya. Les manuels, disponibles aussi en Braille, sont rédigés dans la langue du lieu d’implantation de chaque centre de formation.

Pour améliorer ces manuels, le programme JSS utilise des supports complémentaires élaborés localement, rédigés en langue locale. Chaque chapitre inclut une activité.

A learner using the ‘talking pen’

Figure 1 : Une apprenante utilisant le « stylo parlant »

Le programme utilise la technologie, notamment des projecteurs LCD, des ordinateurs et du matériel audiovisuel. Le « stylo parlant » – un stylo électronique qui reproduit le son du texte écrit – est utilisé pour le cours d’alphabétisation. Des supports d’alphabétisation en Braille sont disponibles pour les apprenants déficients visuels.

Les élèves tiennent un journal, appelé My Learning Document (Mon dossier scolaire), dans lequel ils consignent leurs activités et progression quotidiennes. Le journal répertorie les activités et les sessions et inclut les observations de l’apprenant et de l’enseignant, mais aussi d’autres commentaires concernant l’apprentissage de l’élève. Des bénévoles aident les apprenants peu ou pas alphabétisés à suivre leurs progrès à l’aide de cet outil, qui sert aussi de facteur de motivation puisqu’il permet à l’élève de constater ses progrès et de se fixer de nouveaux objectifs d’apprentissage. Par ailleurs, le journal aide les formateurs à identifier les besoins et progrès respectifs des élèves et d’adapter l’enseignement en conséquence.

Les programmes de formation professionnelle vont des aptitudes simples, telles que fabrication de craie et de savon, à la transformation des produits alimentaires. Les cours d’équivalence et de formation professionnelle sont subventionnés par le gouvernement local, les participants payant des frais de scolarité modiques. Les apprenants des tribus répertoriées bénéficient d’une subvention complète. Des cours d’informatique gratuits sont proposés aux élèves qui ont passé la dixième année de l’école. Le cours dure entre un mois et un an.

Le curriculum de 4ème année du programme d’équivalence comprend le malayalam (la langue régionale), l’arithmétique de base, l’initiation à l’anglais et les études environnementales. Le curriculum de 7ème année comprend le malayalam, l’anglais, le hindi, les études environnementales et les mathématiques. Tous les élèves sont évalués à la fin de la première année.

Les cours d’alphabétisation intégrée sont centrés sur l’apprenant et articulés autour d’une approche participative axée sur les activités. La formation professionnelle est constituée à 60 pour cent de cours pratiques et à 40 pour cent de théorie. Pour chaque spécialité, le centre dispense des sessions complémentaires dans des disciplines comme l’éducation financière, la promotion de la santé, l’assainissement, les droits de l’homme et l’éducation à la promotion sociale.

Le curriculum, élaboré par la Direction de l’alphabétisation de l’État de Kerala, est adapté aux besoins et conditions de la zone d’intervention. Des matières premières locales, fournies par le centre, sont utilisées lors de la formation professionnelle pour fabriquer des produits comme le savon, les bougies et la confiture. De nombreux sortants du programme de formation professionnelle ont créé leur propre activité génératrice de revenus, telle que la production de biens à base de matériaux locaux.

Les cours ont lieu dans les écoles, les centres et d’autres sites choisis à travers le processus ERP.

Recrutement et formation des animateurs

Le programme met l’accent sur le développement de ses ressources humaines à travers la formation continue de ses formateurs et alphabétiseurs. A la fin de leur formation, le centre leur délivre un certificat d’aptitude professionnelle. Le programme privilégie ses anciens participants pour le recrutement d’enseignants. Formateurs et alphabétiseurs travaillent à temps partiel et gagnent environ 76,31 à 223,85 dollars par mois. La rémunération varie selon la qualification et la spécialité. Par exemple, les formateurs en technologie automobile gagnent en moyenne 223,85 dollars par mois, contre 194,45 pour les instructeurs spécialisés en textile. Le revenu moyen des formateurs est de 111,92 dollars par mois.

La formation de nouveaux animateurs, dispensée par des formateurs expérimentés de JSS, a lieu une fois par mois. Tous les trois mois, les animateurs participent à une formation professionnelle sur les nouveautés de leurs spécialités. Une fois par an, les formateurs sont formés par des agences nationales et territoriales. La Direction de l’éducation des adultes, le Centre de documentation de l’État de Kerala, Apparel Training and Development Centre et l’Institut national de promotion des micro-entreprises et des PME proposent un programme de développement de l’entrepreneuriat pour renforcer la formation des formateurs. Cela inclut une assistance pour lancer des unités de production et des conseils en matière de conduite d’études de marché, d’élaboration de stratégies marketing, d’accès au crédit bancaire et de compréhension des procédures juridiques pour créer une entreprise. Cette formation est dispensée en grande partie sous forme de programmes professionnels résidentiels avancés incluant des visites de terrain auprès des industries, des unités du programme et des modèles commerciaux réussis.

Le programme emploie 180 formateurs professionnels et bénéficie de l’appui de plus de 800 bénévoles et animateurs à temps partiel qui enseignent les cours d’équivalence et d’alphabétisation. On compte trois à cinq animateurs par centre offrant des programmes d’équivalence et au moins un formateur par centre de formation professionnelle.

Staff structure in each programme centre

Organigramme des centres du programme

Recrutement des apprenants et évaluation de leurs besoins

Les participants sont identifiés et recrutés par les anganvadi (centres de soins de santé primaire dans les villages indiens), les mahila mandal (groupements féminins pour la promotion communautaire) et les grama saba (organisations administratives villageoises). Ces structures locales ont accès à l’information sur les villageois et peuvent, en tant que points de contact centraux des localités desservies, promouvoir la participation de bénéficiaires potentiels. Dans certains cas, elles servent aussi de sites d’exécution du programme.

Les néo-alphabètes sont recrutés par les centres d’éducation continue de Literacy Mission (le programme national d’alphabétisation du gouvernement indien). Chaque année, environ 5.000 apprenants s’inscrivent au programme d’alphabétisation.

Chaque centre fait connaître ses programmes lors des événements organisés dans les communautés cibles. Beaucoup de grama panchayath (organisations administratives villageoises) et municipalités du district offrent des programmes d’équivalence totale pour les classes de quatrième et dixième année sur site. Des milliers d’apprenants s’y sont inscrits.

Les bénéficiaires font connaître le programme et recrutent des participants potentiels dans leur village par le bouche-à-oreille. Les participants s’inscrivent auprès du bureau du centre JSS ou des centres de formation, des anganvadi, des centres d’éducation continue de Literacy Mission et des bureaux des organisations administratives villageoises. Aucun test n’est organisé lors de l’inscription.

La méthode ERP est utilisée pour identifier les besoins et centres d’intérêt des bénéficiaires et concevoir les supports d’apprentissage et formations pertinents.

Évaluation des résultats d’apprentissage

Le JSS de Malappuram procède à des contrôles continus et à une évaluation finale de l’ensemble de ses programmes de formation. En plus du journal My Learning Document, utilisé comme outil d’évaluation formative, les apprenants font un examen en fin de programme. L’assiduité et la participation comptent pour 21 pour cent de l’évaluation finale.

Après l’évaluation finale, le JSS décerne des certificats comportant une note. En plus, le centre de Malappuram décerne les certificats du Conseil national pour la formation professionnelle (NCVT), de l’Institut national de promotion des micro-entreprises et des PME (NIMSME), de l’université et de l’Institut national de l’école libre (NIOS) pour les travaux personnels correspondants. Ces certificats sont reconnus par les banques pour l’octroi de prêt, mais aussi pour l’emploi dans diverses agences publiques et privées.

Suivi et évaluation

Le programme utilise un système d’information administrative (MIS) pour faciliter la communication entre le centre de formation, les responsables du programme et le directeur. Le MIS permet également de collecter et de partager des données sur les performances des apprenants. Au cœur de ce système se trouve un formulaire que les animateurs remplissent et remettent aux coordonnateurs, qui le transmettent à l’agence régionale du programme.

Le suivi et évaluation fait partie intégrante du programme. Apprenants et animateurs prennent part à l’évaluation continue des apprentissages. En début et en fin de programme, les apprenants auto-évaluent leur niveau de compétences sur la base d’indicateurs de performance définis par les enseignants et les administrateurs. My Learning Document fournit des informations sur les progrès et lacunes de chaque apprenant et permet à l’animateur d’adapter ses cours en conséquence.

Les enseignants sont évalués dans le cadre des visites d’observation et de suivi des coordonnateurs. De même, le MIS recueille des informations les concernant.

Chaque coordonnateur supervise vingt à vingt-cinq centres, dont il est chargé d’encadrer et de suivre les activités.

Impact et défis

Le programme a changé la vie des apprenants et de leurs familles. Il a réalisé plusieurs acquis importants depuis son démarrage en 2006 :

Le programme élargit son champ d’action et compte continuer à s’étendre par le biais d’initiatives à la base dans le Malappuram.

« J’étais peu instruit et d’un caractère très réservé. Maintenant, j’arrive à subvenir aux besoins de ma famille. Ayant gagné en confiance, je suis devenu un des décideurs de ma famille ».
Shalini, participant

Défis

Malgré sa contribution significative au profit des groupes défavorisés et marginalisés de la région, le programme fait face à un certain nombre de défis :

Pérennité

Le JSS de Malappuram, comme toute institution JSS, est une organisation non gouvernementale. Il est financé par le gouvernement et d’autres formes d’autofinancement, telles que les recettes des ventes de produits fabriqués dans le cadre du programme et les frais de scolarité symboliques collectés auprès des apprenants capables de payer. Le centre a noué des partenariats nationaux et locaux avec des ministères, des ONG et le secteur privé. La Direction de l’alphabétisation de l’État de Kerala, le bureau régional de Literacy Mission, les institutions administratives locales et les collectivités locales constituent les principaux partenaires de JSS pour la promotion des cours d’alphabétisation et d’équivalence dans le district.

Le succès et la pérennité du programme dans la région sont dus à son approche et à sa philosophie : c’est un programme axé sur la demande et conçu pour répondre à des besoins identifiés à travers une évaluation rurale participative et une analyse menées au début et tout au long de sa mise en œuvre. En outre, il s’assure de l’appropriation et du partenariat communautaires par le biais d’interventions à la base qui appellent le soutien des communautés locales. Ces interventions se font sous forme de groupes d’entraide et de groupes de responsabilité conjointe. En dépit de toutes ces pratiques durables, le manque de financement reste un obstacle à l’extension du programme.

Sources

Contact

Mr V. UmmerKoya
Director
2nd Floor, PeeVees Building,
Nilambur.P.O, Malappuram Dist.,
Kerala State
India
Tél : +91 49 31 22 19 79
jssmlpm@gmail.com www.jssmalappuram.org

Dernière mise à jour : 2 février 2016