Le modèle Ganokendra des centres d’apprentissage communautaire

Profil de pays: Bangladesh

Population

156 595 340 (2013)

Pauvreté (Population vivant avec moins de 1 dollar par jour)

36 % (1990 – 2004)

Langue officielle

bengali (bengla)

Dépenses publiques totales d’éducation en % du PIB

2,23

Taux d’alphabétisme des jeunes (15 – 24 ans, 2015, estimation ISU)

Femmes : 85,83 %
Hommes : 80,61 %
Deux sexes : 83,18 %

Taux d’alphabétisme des adultes (15+ ans, 2015, estimation ISU)

Femmes : 58,49 %
Hommes : 64,57 %
Deux sexes : 61,55 %

Sources statistiques

Présentation générale du programme

Titre du programmeProgramme Ganokendra (Centres d’apprentissage communautaire)
Organisation chargée de la mise en œuvreDhaka Ahsania Mission (DAM)
Langues d’enseignementBengali (Bangla)
Partenairesommunautés locales, UNESCO, Etat du Bangladesh (à travers des organismes administratifs locaux, départements des services d’animation), Université ouverte du Bangladesh, Concern Universal et ONG actives dans la région.
Date de création1992

Contexte et historique

Image

Au cours des dernières décennies, le Bangladesh et diverses ONG ont mis en place plusieurs programmes éducatifs tels que l'éducation universelle primaire (obligatoire et gratuite) et la création de bibliothèques villageoises et de cercles d'étude villageois en vue d’offrir aux citoyens l'accès à une éducation de qualité et donc de promouvoir le développement économique national, la lutte contre la pauvreté ainsi que l'émancipation et la transformation sociales. Toutefois, en dépit de ces efforts concertés, la majorité des Bangladais, en particulier ceux qui vivent dans des communautés marginalisées en milieu rural, et plus particulièrement les femmes, les enfants et les personnes vivant avec un handicap, ont un accès limité à une éducation de qualité et à des moyens de subsistance. En conséquence, la pauvreté et l'analphabétisme continuent d'être très répandus dans le pays. On estime que chaque année environ 7 millions d'enfants ne sont pas scolarisés ou abandonnent l'école avant d'achever leurs études primaires, ce qui fait qu’environ 60 millions de Bangladais sont des analphabètes fonctionnels. Selon les estimations de l’UNESCO les taux globaux d’alphabétisation des adultes et des jeunes étaient respectivement de 47 pour cent et 64 pour cent entre 1995 et 2004. La prévalence continue de l'analphabétisme dans le pays est due à un certain nombre de facteurs socio-économiques, y compris des niveaux élevés de pauvreté et l’absence générale de développement, ce qui empêche de nombreuses personnes d'avoir accès à l'éducation de base. En outre, de nombreux néo-alphabétisés (c’est-à-dire diplômés de l'école primaire) ont rechuté dans l'analphabétisme en raison d'un grave manque de programmes institutionnalisés d’éducation post primaire. À la lumière de tout cela, et en reconnaissance du fait que l'analphabétisme est à la fois cause et conséquence de la pauvreté et du sous-développement, Dhaka Ahsania Mission (DAM ou Mission Ahsania de Dhaka) - une organisation non gouvernementale (ONG) fondée en 1958 dans l’objectif de réduire la pauvreté et de promouvoir l'autonomisation socio-économique chez les pauvres - a lancé le Programme Ganokendra (« centres du peuple » en langue Bangla) en 1992 avec le soutien de l'UNESCO.

Le Programme Ganokendra (GP)

Le Programme Ganokendra (GP) est un programme éducatif non-formel, intergénérationnel et intégré qui s'efforce de créer des possibilités d'apprentissage tout au long de la vie contextuellement appropriées, durables et fondées sur les besoins pour les enfants non scolarisés, les jeunes et les adultes vivant dans les bidonvilles des communautés rurales et urbaines marginalisées. Bien que le programme soit destiné à tous les membres de la communauté, des efforts particuliers sont faits pour cibler les femmes, non seulement parce qu'elles sont souvent marginalisées par les programmes existants d'enseignement, mais aussi parce qu'elles sont essentielles au développement familial et communautaire. En tant que telles, les femmes constituent actuellement environ 70% de l'effectif des plus de 85 300 bénéficiaires du programme.

Pour répondre aux divers besoins des différents groupes de bénéficiaires, le GP fournit aux participants des possibilités de formation en matière de compétences dans toute une variété de domaines, y compris:

Image

Buts et Objectifs

Le GP cherche à :

Pour atteindre ces objectifs multiples et intégrés, Dhaka Ahsania Mission (DAM) a mis en place environ 2470 Ganokendra ou Centres d'apprentissage communautaire (CAC) à travers le pays depuis 1992. Les CAC sont depuis lors devenus des points focaux pour la mise à disposition d’une éducation non-formelle basée sur les besoins (alphabétisation et programmes de formation à des compétences) pour enfants non scolarisés, jeunes et adultes du pays. Les CAC sont aussi utilisés comme bibliothèques communautaires et ont des quantités considérables de documents faciles à lire pour les membres de la communauté de toutes les classes d'âge. En outre, les CAC fournissent également des installations pour les réunions publiques et les activités socioculturelles et économiques nécessaires à la préservation culturelle et à la promotion de la coexistence pacifique, du développement communautaire et de l'émancipation sociale (voir photos ci-dessous):

Image

Mise en œuvre du programme : approches et méthodologies

Organisation

Dès le départ, les collectivités locales ou les bénéficiaires du programme ont été activement consultés et impliqués dans le développement et la mise en œuvre du GP. Ainsi, en dehors de la mise à disposition de terres, de main d’œuvre, de matériaux de construction et de l'argent nécessaire pour la mise en place de Ganokendra ou CAC, DAM a également confié à des communautés locales (à travers leurs comités de gestion élus) la responsabilité globale de la gestion des centres, du lancement et de la gestion d’activités d’apprentissage basées sur le centre, du recrutement et de la facilitation de la formation professionnelle pour un gestionnaire de centre (connu sous le nom de travailleur communautaire) et des tuteurs ou animateurs du programme. En outre, les comités de gestion des CAC et les animateurs du programme sont également responsables de l'approvisionnement et de la production des matériaux d'apprentissage nécessaires tels que des brochures, affiches, magazines, cartes, bulletins et audio-visuels et de leur stockage dans les centres. Les comités locaux de gestion des CAC sont pris en charge dans ces efforts par DAM, différentes ONG de développement et des organismes gouvernementaux locaux. Un financement supplémentaire pour les CAC est fourni par DAM. L'argent ainsi généré est utilisé, entre autres choses, pour procurer du matériel d'apprentissage, financer les coûts de fonctionnement du CAC, et surtout fournir aux membres des prêts bonifiés ou des crédits. Les CAC regroupés dans une zone géographique sont mis en réseau par le biais d'un centre de service technique connu sous le nom de Centre de ressources communautaires (CRC). Les CRC fonctionnent également comme des institutions nodales pour faciliter l’établissement d’une liaison entre le Ganokendra et les agences prestataires de services du gouvernement et du secteur.

Recrutement et formation des animateurs

En règle générale, le GP attire du personnel implanté dans la communauté (en majorité des femmes) avec des qualifications en matière d’éducation et de capacités d’enseignement professionnel plutôt basses. Connus sous le nom de « travailleurs communautaires », ces animateurs sont recrutés localement par les bureaux locaux de DAM, en consultation avec les comités de gestion Ganokendra. Ils travaillent la plupart du temps comme para-bénévoles ; une allocation nominale leur est versée en reconnaissance de leur contribution à la société. En conséquence et afin d'assurer la mise en œuvre effective du GP, DAM offre à tous les animateurs et superviseurs du programme une formation professionnelle en éducation non formelle et gestion des CAC. A ce jour, la division formation de DAM a dispensé une formation à plus de trois mille animateurs et deux cents superviseurs. En particulier, le programme formation des formateurs (FdF) vise à former des animateurs et des superviseurs dans les domaines suivants :

Mobilisation des participants

Ceux qui prennent part à un Ganokendra proviennent de divers segments de la population dans la communauté où il se trouve. Au début, les apprenants aux cours d'alphabétisation sont inscrits pour des cours de post-alphabétisation et des séances pratiques dans le Ganokendra. Progressivement, d'autres membres de la société comme des agriculteurs, des artisans, des journaliers, des écoliers, des enseignants, des dirigeants de la jeunesse et de la communauté en général adhèrent à des programmes différents dans le Ganokendra. Certains d'entre eux visitent le Ganokendra pour lire les journaux ou recueillir des informations pour leurs besoins.

Méthodes et approches en matière de formation et d’apprentissage.

Les participants aux activités du Ganokendra apprennent à travers des travaux pratiques (pour la formation en compétences professionnelles), l'auto-lecture, la lecture guidée, des activités socioculturelles et des discussions. Le soutien à la formation en compétences de lecture, écriture et calcul est assuré par les animateurs du programme par le biais de consultations et de discussions au centre (les CAC sont ouverts cinq jours par semaine, deux à trois heures par jour). En outre, les apprenants sont également autorisés à emprunter des livres pour étudier à la maison et les animateurs effectuent souvent des visites à domicile pour aider les familles dans leurs études. Les apprenants étudient en groupes, et des matériaux de lecture gradués sont fournis pour répondre aux niveaux de capacité des lecteurs. Des spécialistes travaillant dans divers domaines sont également invités à partager l'information avec les participants à travers des séances de discussion axés sur des sujets donnés.

Impact et défis du programme

Suivi et évaluation

En règle générale, l’unité Système d'information de gestion (SIG) de la Division de la planification et l’évaluation de DAM surveille régulièrement les opérations de Ganokendra en se basant sur un ensemble d'indicateurs. Les performances sont également surveillées par le biais des rapports réguliers des animateurs, superviseurs et coordonnateurs de la région. Ces rapports sont examinés par le personnel SIG au cours de visites sur le terrain. En outre, l'équipe de gestion centrale de DAM (agents de programme, coordonnateur du programme et directeur) effectue des visites d'inspection pour évaluer la gestion, le réseautage et les programmes de soutien à l'apprentissage des CAC. Après analyse sur le terrain et au bureau central des rapports et conclusions tirées des visites, les centres locaux reçoivent les réactions concernant leurs activités.

Depuis sa création en 1992, le GP a apporté des contributions critiques et positives à la promotion de l’Apprentissage tout au long de la vie, la lutte contre l'analphabétisme, le développement des communautés, la création de moyens de subsistance durables pour les membres marginalisés de la société (réduction de la pauvreté) et l'émancipation et la transformation sociale. De manière significative, ces contributions positives au bien-être et au développement de la société ont été réalisées en grande partie grâce à l'utilisation des ressources, des capacités et des systèmes de connaissances locaux.

Le programme a conduit à une baisse des taux d'analphabétisme chez les adultes, tandis que, dans le même temps, il fournissait à de nombreux adultes des compétences professionnelles et les aidait à mettre en place un grand nombre de projets générateurs de revenus. Ces projets ont progressivement conduit au développement communautaire et donc à l'amélioration de la qualité de vie des populations rurales. Les améliorations dans le niveau de vie des ruraux ou des pauvres ainsi que leurs perceptions du rôle et la valeur de l'éducation dans leur vie ont eu un effet positif et motivé beaucoup de parents à soutenir l'éducation de leurs enfants. En conséquence, la scolarisation des enfants dans les écoles rurales a augmenté de façon constante. En outre, le GP a également fourni aux communautés marginalisées l’accès à l'information et un forum pour se rencontrer et discuter de leurs problèmes et des besoins locaux de développement. L’accès à l'information a amélioré chez les gens la prise de conscience de leurs droits civiques et leurs besoins de santé, ce qui, par ricochet a donné lieu à l'autonomisation et à la transformation sociale et positive. Cet accès a également permis à des communautés jadis marginalisées de participer activement aux processus décisionnels locaux. En plus, le GP a conduit à des améliorations de la cohésion communautaire, en fournissant un forum pour la discussion pacifique des solutions aux problèmes communautaires.

Défis

Voici les défis majeurs auxquels on a eu à faire face à ce jour

Durabilité

En tant que produit direct du processus de mobilisation des individus et de création d'une plate-forme populaire au niveau communautaire, le GP est soutenu par ses liens établis avec des agences locales prestataires de services. La contribution de la communauté à la fois pour le développement des installations physiques et l'expansion programmatique permet au Ganokendra de continuer. DAM développe la capacité de gestion des membres du comité Ganokendra par la formation et des visites d'exposition, de sorte qu'ils puissent continuer à faire fonctionner les centres de soutien après la disparition de DAM. A l'heure actuelle plus de 200 Ganokendras fonctionnent d’une manière auto-suffisante grâce à la mobilisation des ressources locales ; dans certains cas, DAM a seulement fourni un appui technique pour renforcer davantage leur capacité de gestion. .

Enseignements tirés du programme

La grande leçon qui a été tirée depuis la création du programme, est que les programmes communautaires et non-formels d'éducation sont plus efficaces et réussissent mieux quand ils exploitent et sont construits sur des ressources, des systèmes de capacité et de savoir locaux et lorsque les communautés locales sont activement engagées et impliquées dans la planification et la gestion des activités d'apprentissage. La réussite et la durabilité des programmes non-formels d'éducation sont aussi étroitement liées à leur capacité de relever les défis locaux, satisfaire les besoins fondamentaux des populations et renforcer efficacement les capacités

Sources

Contact

Le Directeur Exécutif
M. M. Ehsanur Rahman
Dhaka Ahsania Mission
House No. 19, Road No 12
Dhanmondi, Dhaka-1209
Bangladesh
Tel. (880-2) 8119521-22, 9123402, 9123420
Fax: (880-2) 8113010, 8118522
Email: ehsan1155 (at) gmail.com, ed (at) ahsaniamission.org
Website: http://www.ahsaniamission.org.bd/