J’apprends ta langue, tu apprends ma langue, nous nous comprenons, demain nous appartient

Profil de pays: Cote d’Ivoire

Population

20 595 000 (2012)

Langue officielle

français

Langues autochtones reconnues
Pauvreté (Population vivant avec moins de 1.25 dollar par jour)

24% (2000-2009)

Dépenses publiques totales d’éducation en % du PIB (2010)

4,8

Taux net d’admission dans l’enseignement primaire (TNA total)

28% (2003)

Taux d’alphabétisme des jeunes (15–24 ans, %)

Total : 67% (2005-2010)
Hommes : 72% (2005-2010)
Femmes : 62% (2005-2010)

Taux d’alphabétisme des adultes (15 ans et plus)

Total : 56% (2005-2010)
Hommes : 65% (2005-2010)
Femmes : 47% (2005-2010)

Sources statistiques

Présentation générale du programme

Titre du programmeJ’apprends ta langue, tu apprends ma langue, nous nous comprenons, demain nous appartient
Organisation chargée de la mise en œuvreONG Savoir Pour Mieux Vivre (SA.PO.MI.VIE)
Langues d’enseignementLangue officielle et jusqu’à 70 langues locales
Partenaires de financementSecteur privé et autofinancement. Le groupe Librairie de France soutient financièrement la Quinzaine des langues maternelles, les Éditions Livre Sud publient les manuels d’alphabétisation et de post-alphabétisation en français et en langues nationales, l’Association régionale d’expansion économique de Bonoua (AREBO) fournit des personnes ressources pour les conférences, la Fondation Memel Foté prête sa salle de conférence pour les activités de l’ONG.
PartenairesMinistère de la Culture et de la francophonie, Ministère de l’Éducation nationale, groupe Librairie de France, Éditions Livre Sud (Edilis), Institut de linguistique appliquée, Société internationale de linguistique, Fondation Memel Foté, ONG Cœur de mère, Association régionale d’expansion économique de Bonoua (Arebo), Coopérative Rehoboth, Service autonome de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle (SAA / ENF), Société biblique de Côte d’Ivoire.
Coûts annuels du programme3 500 000 FCFA (7.200 dollars)
Date de création2000

Historique et contexte

La Côte d’Ivoire est un pays ouest-africain en développement. En 2013, son Indice de développement humain, 168 sur 187, le classait dans la catégorie Développement humain faible (PNUD, 2013). La participation féminine au marché du travail est de 51,8 %, contre 81,2 % pour les hommes (PNUD, 2013).

Le français est la seule langue officielle, mais le pays jouit d’une riche diversité linguistique, avec plus de 70 langues. Même si des signes de changement sont notés, le français est la seule langue d’enseignement du système éducatif national. Cette diversité linguistique s’explique en partie par une longue histoire d’immigration. En effet, les chiffres de 1999 indiquent que 30 à 35 % de la population est d’origine étrangère, principalement du Burkina Faso, du Mali, de France, de Guinée, du Liban, de Syrie et d’autres pays ouest-africains limitrophes (Djité, 2000). Mais, avec 52 % de citadins (Données de l’ONU, 2012), les langues maternelles sont moins parlées car certains estiment que la maîtrise de la langue officielle leur ouvre plus de possibilités (Djité, 2000). Sur plus de 70 langues parlées dans le pays, seules 17 comptent plus de 100 000 locuteurs (INS, 2013).

Le taux d’alphabétisme total des adultes est de 56 %, contre 47 % pour les femmes. Cela représente 5,4 millions d’adultes non alphabétisés, dont plus de 3,2 millions de femmes.

Présentation/synthèse du programme

L’ONG SA.PO.MI.VIE est une organisation à but non lucratif, apolitique et non syndicale, créée et déclarée en Côte d’Ivoire en 2006. L’organisation, qui a pour devise Savoir pour mieux vivre, regroupe des personnes de toutes les couches sociales et vise à promouvoir le savoir traditionnel. Soucieuse de sauvegarder la riche diversité linguistique de la Côte d’Ivoire, facteur de compréhension mutuelle entre les différentes cultures, l’ONG SA.PO.MI.VIE s’engage à combattre l’analphabétisme en ville comme en campagne. Elle se donne pour principal objectif de réduire le taux d’analphabétisme de 35 % avant 2020 en créant un environnement alphabétisé et en développant une culture de l’écriture en langue maternelle et en français.

À travers la création d’un environnement alphabétisé, incluant à la fois le français et les langues nationales et locales, c’est la richesse linguistique de la Côte d’Ivoire qui est valorisée. Les valeurs traditionnelles sont mises en relief, et chaque Ivoirien est encouragé à apprendre au moins cinq langues nationales, en vue de promouvoir l’acceptation des différences mutuelles, de lever les barrières et préjugés et de créer une parfaite cohésion sociale. La population est sensibilisée au fait qu’apprendre la langue maternelle de l’autre, mais aussi la lire et l’écrire, doit être un droit reconnu.

L’association organise des cours d’alphabétisation en langue maternelle, non seulement pour les adultes mais aussi, dans le cadre du programme scolaire, pour les élèves. Elle publie divers ouvrages en langue nationale, notamment des livres de lecture simples, des programmes, des manuels d’apprentissage, des essais, des récits, etc. pour répondre aux besoins des différentes catégories de lecteurs, mais aussi pour encourager la lecture en langue maternelle. Une de ses activités principales consiste à organiser et à participer à différentes manifestations liées à l’alphabétisation, à la lecture et aux langues. Chaque année, elle participe à l’organisation d’un événement majeur dénommé Quinzaine des langues maternelles. Cet événement national, récemment étendu sur la durée de l’année, est un lieu de rencontre pour promouvoir la lecture et l’écriture en langue maternelle en Côte d’Ivoire.

En reconnaissance de son action, l’ONG SA.PO.MI.VIE a reçu le Prix Confucius UNESCO d’alphabétisation 2013.

Buts et objectifs

Objectifs spécifiques du programme :

Mise en œuvre du programme

Méthodes et approches d’enseignement-apprentissage

Image

L’approche pédagogique est essentiellement active et participative. Elle repose sur la méthode REFLECT, centrée sur le vécu et l’environnement de l’apprenant. Les besoins de celui-ci sont identifiés lors d’un entretien préliminaire organisé pour évaluer ses attentes.

Toutes les langues nationales peuvent être enseignées si des formateurs spécialisés et des locaux adaptés sont disponibles. Dans les grandes villes, le bilinguisme est encouragé et les spécialistes sont bilingues en langue maternelle et en français.

Chaque année, une Quinzaine des langues maternelles est organisée. Cet événement linguistique de 15 jours promeut la lecture, l’écriture et l’expression orale en langue nationale. Dans le cadre de cette quinzaine, des sessions d’initiation à la lecture et à l’écriture en langue nationale sont organisées. Sont également organisés des concours du meilleur polyglotte, du meilleur lecteur, du meilleur rédacteur, entre autres.

Depuis 2010, l’événement dure toute l’année, avec des activités spéciales organisées pour les élèves pendant les cours, mais aussi pour les adultes et les étudiants pendant les vacances.

Contenu du programme (curriculum)

Le contenu du programme est défini de concert avec les apprenants selon les besoins exprimés lors de l’enquête préliminaire. L’ONG organise des cours pour les adultes et le grand public. Pour les écoliers, ces cours se tiennent à l’école, dans une salle de classe réservée à cet effet. En moyenne, chaque groupe compte 25 apprenants et 64 heures du programme scolaire sont consacrées chaque année au travail avec les élèves en classe. Le programme prévoit aussi du temps pour la bibliothèque et des heures de libre. Les cours des classes de 5ème et 6ème années (10-12 ans) sont suivis du programme. On y enseigne l’alphabet, la lecture et l’écriture, divers thèmes tirés des programmes scolaires, des fables, des proverbes et des sujets relatifs au développement.

Les thèmes principaux portent sur la vie civile, morale et familiale, la santé, l’environnement, la démocratie, la vie en commun, les droits et devoirs du citoyen.

Les supports sont conçus en fonction des besoins des apprenants par des spécialistes de l’Institut de linguistique appliquée d’Abidjan, de la Société internationale de linguistique et de la Société biblique de Côte d’Ivoire en collaboration avec les Éditions Livre Sud (EDILIS).

Les supports incluent des abécédaires en langues nationales, des textes bilingues (français/langue maternelle), des tableaux blancs, des marqueurs et le jeu de société Côte d’Ivoire : 60 langues = 1 nation. Du matériel individuel, dont des cahiers, des stylos et des crayons, est aussi fourni aux apprenants.

Recrutement et formation des animateurs

Souvent recrutés à temps partiel, les animateurs reçoivent en moyenne 50 000 FCFA par mois (103 dollars). Ils animent des classes de 25 participants. Ils sont formés par une équipe de formateurs de l’ONG. En plus, avant chaque campagne d’alphabétisation, ils suivent un séminaire de renforcement des capacités organisé par un cabinet de formation.

Les animateurs sont choisis à partir d’une liste de contacts selon la langue d’enseignement requise. Chaque animateur est locuteur natif de sa langue d’enseignement.

Inscription des apprenants

Les adultes et les jeunes déscolarisés, en particulier les femmes et les filles, constituent les principaux groupes cibles. Le programme, qui vise principalement le grand public, est également ouvert aux écoles primaires et secondaires. Un test est organisé pour vérifier si les participants savent déjà lire et écrire la langue enseignée ou une autre langue nationale. Les groupes sont constitués sur la base de ces informations.

Le programme participe régulièrement aux événements linguistiques nationaux et locaux visant à promouvoir l’alphabétisation des adultes et l’apprentissage des langues nationales. Le tableau ci-dessous présente les taux de participation à ces événements.

Image

Évaluation des résultats d’apprentissage

Les évaluations des participants sont organisées sous forme de concours dans le cadre de la Quinzaine des langues maternelles. À l’issue de ces concours, les participants les plus méritants reçoivent leurs prix à l’occasion d’une cérémonie officielle. Une attestation de participation est délivrée à chaque participant.

Suivi et évaluation

Le suivi est un processus continu. Des fiches de suivi sont remplies et analysées. Les apprenants livrent également un témoignage oral, sous forme d’interview. Des rapports sont rédigés suite au témoignage et à l’analyse. Cela permet d’obtenir des résultats et d’évaluer le programme et le projet.

L’ONG SA.PO.MI.VIE collabore avec le ministère de la Culture et de la francophonie et le ministère de l’Éducation pour toutes ses activités. Elle bénéficie de leur soutien institutionnel et technique pour les différentes manifestations qu’elle organise.

Impact et défis du programme

Impact et réalisations

L’ONG SA.PO.MI.VIE organise une Quinzaine des langues maternelles depuis 2006. Lors de cette manifestation de deux semaines, destinée à promouvoir les langues maternelles, elle organise diverses activités autour du thème des langues maternelles et des livres, dont des tables rondes, des conférences-débats et un espace de lecture ouvert au public. L’année 2013 a marqué la 8ème édition de cet événement annuel. Par des jeux, des concours et des conférences, l’importance de la langue maternelle est mise en relief et valorisée. La Quinzaine est le fruit de petits événements isolés organisés de 2000 à 2005, comme Lire en Fête, la Fête du Livre et les Journées des langues.

L’association publie des manuscrits bilingues, avec une collection de plus de 100 titres. Aujourd’hui, ces textes couvrent environ 10 langues, et leur publication dans 20 autres langues est prévue.

Des coordonnateurs sont présents dans les zones suivantes :

Villes Position géographique dans le paysFamille linguistique
Yamoussoukro (Kouaméfla)CentreKwa
Daloa, Gibéroua, Saïoua et OuragarhioCentre-oestKru
BounaNordGur

Le projet est prêt pour un déploiement sur l’ensemble du pays, mais il manque le financement pour le faire. En attendant, avec l’appui financier disponible, l’accent est mis sur les établissements et centres qui poursuivent les mêmes objectifs que l’association.

Le retour d’information des participants aussi témoigne de leur motivation pour le programme :

Défis et leçons apprises

Image

Comme beaucoup de programmes, le financement constitue un défi majeur. Même si le programme peut continuer à fonctionner sur autofinancement et sur les dons privés, cette option a entravé l’extension de ses projets.

Certains de ces projets incluent la formation des animateurs à l’usage efficace des documents d’alphabétisation et de calcul en langues locales.

Le jeu de société mentionné plus haut, Côte d’Ivoire : 60 langues = 1 nation, n’est pas encore publié. Il a été testé dans divers établissements ainsi que lors des événements linguistiques annuels. Le financement nécessaire pour sa publication n’est pas encore disponible.

Un autre grand défi, qui constitue par ailleurs le défi initial du programme, est lié à la modernisation de la Côte d’Ivoire. La maîtrise des langues maternelles n’est pas perçue comme une priorité par la population, qui les méprise parfois. Avec l’urbanisation, convaincre la population de conserver et de maîtriser une langue qu’elle juge sans importance reste un défi de tous les instants. L’existence de plus de 70 langues nationales, dont beaucoup sont menacées de disparition si rien n’est fait, complique davantage ce défi. Pour l’association, toutes les langues sont d’égale valeur. Chaque langue, perçue comme une brique, est à la fois une entité unique mais aussi un élément indispensable pour bâtir une nation, en renforçant la paix et la réconciliation. La prise en compte de l’intérêt et des besoins de chacun est une stratégie jusque-là opérante.

Pérennité

Le programme repose sur l’autofinancement et les dons des bonnes volontés. Cette approche a été viable jusqu’ici et aucun changement de cette forme de financement n’est envisagé.

Le programme n’est pas encore reproduit en Côte d’Ivoire et à l’étranger, mais c’est un projet en cours de discussion. Une enquête menée lors du 32ème Salon du Livre de Paris a révélé l’intérêt des Ivoiriens de Paris pour leur langue maternelle. La conférence organisée l’année suivante, lors du 33ème Salon, a vu une forte participation des Ivoiriens de la diaspora.

L’intérêt grandissant de la population et des administrations publiques pour la sauvegarde et la promotion des langues nationales est un indicateur clé de la viabilité du programme. Les ministres de l’Éducation et de la Culture réfléchissent à leur enseignement à l’école. Le programme veut aussi participer à l’émergence du pays en 2020.

Contacts

Madame Lorougnon Dréhi Padré Mical
Directeur exécutif/Présidente
10 BP 477 Abidjan 10 - Côte d’Ivoire
Téléphone / Fax : (225) 05 95 71 69 / 06 73 29 98 / 66 49 73 85
E-mail : sapomivie (at) yahoo.fr / edilis (at) aviso.ci
Site web : http://www.sapomivie.org ; http://www.edilis.org